Codes courtage

Le webzine de PLANETE CSCA

Accueil > Webzine > Les métiers du courtage > IARDT > Un audit pour négocier le virage d’une flotte automobile vers l’électrique

26 octobre 2020

Un audit pour négocier le virage d’une flotte automobile vers l’électrique

Pas facile d’évaluer les effets de l’électrification d’une flotte automobile. Afin de les aider à prendre la décision, Vodafone Automative propose un audit gratuit jusqu’au 30 novembre à tous les gestionnaires de flotte automobile.

Bonus écologique et prime à la conversion ont été rehaussés cette année par le gouvernement afin de favoriser le développement des véhicules électriques. Parallèlement, les acteurs publics (Etat, établissements publics, collectivités, entreprises nationales) dont la flotte comprend plus de 100 véhicules ont l’obligation d’y intégrer progressivement des véhicules électriques ou hybrides rechargeables. Si le moment semble favorable au passage à l’électrique, difficile pour un gestionnaire d’en connaître les conséquences sur sa flotte en termes de budget et selon les activités de l’entreprise et l’usage des véhicules.

Après avoir lancé il y a quelques mois une solution de gestion de flottes, le concepteur de solutions connectées pour la sécurité et la gestion des véhicules automobiles Vodafone Automative vient de démarrer l’opération « Go Electric ». Cette dernière donne accès à des audits de conversion à l’électrique gratuitement jusqu’au 30 novembre 2020 à tous les gestionnaires ayant comme projet de ‘’verdir’’ leur flotte, y compris ceux qui ne sont pas clients. Une condition est cependant requise : une partie du parc doit être équipée durant deux à trois mois d’un boîtier (fourni gratuitement) afin de recueillir des données. Celles-ci seront utilisées en vue d’établir un comparatif. Des simulations permettent de considérer les changements dans la structure des coûts, d‘établir un comparatif précis et de calculer le retour sur investissement dans l’électrique ou l’hybride.

A ce stade, quelques assureurs couvrent les véhicules électriques. Du fait de leur apparition récente, ils disposent de peu d’informations sur leur sinistralité. Afin de capter la clientèle, plusieurs porteurs de risques proposent des réductions sur les contrats de véhicules électriques et hybrides.

Selon une étude d’EV Box menée avec Ipsos dans six pays européens auprès de 3 600 personnes et publiée ce mois-ci, un tiers des Français est prêt à passer à la voiture électrique. Si le principal frein à se doter d’un véhicule de ce type est la crainte de ne pas pouvoir recharger la batterie du fait d’une insuffisance des bornes, le gouvernement a projeté d’installer 100 000 points de charge d’ici à 2021. Au sein des flottes d’entreprises, on dénombre à ce jour une faible proportion de véhicules électriques ou hybrides.

Geneviève Allaire