Codes courtage

Le webzine de PLANETE CSCA

Accueil > Webzine > L'actualité du courtage > Décryptages > Malgré les mesures de soutien aux assurés, l’image de l’assurance mise à mal

17 décembre 2020

Malgré les mesures de soutien aux assurés, l’image de l’assurance mise à mal

Dès le premier confinement en mars, les assureurs des trois familles (sociétés et mutuelles d’assurance, institutions de prévoyance, mutuelles ‘’45’’) comme les courtiers et agents généraux ont pris des mesures de soutien et ont accompli des gestes de solidarité de leur propre initiative à l’égard de leurs assurés pour leur apporter un soutien face à la crise.

En mars, la Fédération française de l’assurance (FFA) a doublé ce mouvement d’engagements à l’égard des entreprises mises à mal en annonçant le maintien des contrats d’assurance des entreprises en difficultés pour payer leurs primes et une participation de 200 M€ au fonds de solidarité mis en place par le gouvernement pour les entreprises  subissant une diminution drastique de leur activité. Mais l’affaire des garanties en pertes d’exploitation a été préjudiciable à l’image de marque des assureurs.

Remettre la main au pot

De même, des prises de position défavorables à la profession au motif de la baisse de la sinistralité en auto et d’une moindre consommation des soins en complémentaire santé sont venues ternir l’image de marque des assureurs aux yeux des Français. Sous le feu des remarques, en avril, les assureurs ont annoncé par la voix de la FFA des mesures extracontractuelles et solidaires supplémentaires. Celles-ci consistaient en une participation de 400 M€ au fonds de soutien aux entreprises contre 200 M€ précédemment, en des mesures prises en faveur de secteurs particulièrement touchés ou des personnels soignants et en l’instauration d’un programme d’investissement d’au moins 1,5 Mrd € provenant des fonds propres des assureurs en vue de soutenir la reprise économique dans l’Hexagone.

Ce n’était toujours pas suffisant aux yeux des pouvoirs publics. Lors de l’examen du projet de loi de finances pour 2021,  la possibilité d’une taxe de 2 % sur les assurances dommages en vue d’abonder au fonds de solidarité pour les entreprises a été étudiée. Finalement, les assureurs se sont engagés  le 7 décembre vis-à-vis d’un nouvel ensemble de mesures, comprenant le gel des tarifs des multirisques professionnelles et l’inclusion à titre gracieux de garanties d’assistance dans ces contrats pour les salariés et les employeurs en cas d’hospitalisation due au Covid-19. Force est de constater qu’aucun autre secteur de l’économie française n’aura autant été mis à contribution avec la crise.

Navigation à vue

Nombreux sont les groupes d’assurance qui n’ont pas publié de résultats prévisionnels en décembre en raison de l’opacité engendrée par la crise. On notera également qu’Aviva France cherche un repreneur, le groupe britannique d’assurances ayant pris la décision de se séparer de ses filiales d’Europe continentale dans le cadre d’une révision de sa stratégie sur ses activités internationales. Côté courtage, la proposition de loi relative à la réforme du courtage en assurance et en crédit devrait être examinée par le Parlement en 2021 selon une procédure accélérée. Ce projet a été déposé à l’Assemblée nationale en janvier 2020.

Une année complexe se profile

Après une année 2020 inédite pour le secteur de l’assurance en raison de la pandémie mais aussi des effets collatéraux d’ordre économiques, sociaux et financiers, les effets durables de la crise se feront sentir immanquablement en 2021. L’année à venir risque d’être fort complexe pour l’ensemble du secteur, distributeurs inclus. Si les tarifs des primes sont sujets à des hausses dans la foulée de la crise, les assureurs doivent aussi compter avec les taux bas, voire négatifs, qui viennent entacher les perspectives à cause de la réduction des revenus de leurs investissements. Mais cette situation ne sera pas propre à l’Hexagone : l’agence de notation Moody’s prévoit des perspectives négatives pour l’ensemble du secteur de l’assurance en Europe en 2021.

Geneviève Allaire