Codes courtage

Le webzine de PLANETE CSCA

Accueil > Webzine > Les métiers du courtage > Grands risques > Les perspectives de la réassurance revues à la baisse par S & P

27 mai 2020

Les perspectives de la réassurance revues à la baisse par S & P

Pertes liées à la pandémie, volatilité des marchés financiers et baisse du rendement des investissements, autant d’éléments qui ont des impacts sur la réassurance.  L’agence de notation S & P a revu à la baisse les perspectives du secteur et annonce son intention de rétrograder la notation des réassureurs.

Pour l’ensemble du secteur de la réassurance, S & P anticipe un ratio combiné de 101 % à 105 % en 2020, voire plus si les pertes assurées à l’échelle mondiale relevant de Covid 19 sont supérieures à  30 Mrds USD. Au cours des trois dernières années, les réassureurs ont fait face à des pertes importantes dues aux catastrophes naturelles dans un marché très concurrentiel et n’ont pas atteint le niveau de rentabilité imposé par les investisseurs. Dans ce contexte, S & P a annoncé prévoir des mesures de notation négatives pour les réassureurs dont les pertes liées au Covid 19 effaceront les bénéfices et qui ne seront pas en mesure de se recapitaliser suffisamment lors des 12 à 24 mois suivants. De même, les réassureurs qui ont entamé 2020 avec une performance opérationnelle historiquement plus faible que les années précédentes pourraient voir leur notation rétrogradée.

S & P a déterminé la sensibilité des réassureurs mondiaux en fonction des lignes d’affaires. L’annulation d’événements, le crédit, la responsabilité civile des dirigeants et la responsabilité professionnelle sont autant de lignes dont la sensibilité aux pertes  consécutives à la pandémie est très élevée.

Si  S & P a observé un durcissement de la tarification en réassurance non vie ces derniers mois, une stabilité des bénéfices de la réassurance vie jusqu’à présent et considère la réassurance comme  un secteur qui demeure solide financièrement, l’agence a révisé ses perspectives sectorielles pour la réassurance mondiale de stables à négatives, au vu des conditions de marché qui sont de plus en plus sous tension, selon son analyse.

Geneviève Allaire