Codes courtage

Le webzine de PLANETE CSCA

Accueil > Webzine > A la une > Affaires sociales > Le port du masque devient la règle en entreprise

2 septembre 2020

Le port du masque devient la règle en entreprise

Depuis le 1er septembre, le port du masque est obligatoire en entreprise, sauf pour ceux qui sont seuls dans leur bureau. Le gouvernement a pris cette mesure car il estime qu’elle permettra de limiter les risques d’une reprise de l’épidémie. Qu’en pensent les salariés ?

Comme l’a indiqué Jean Castex le 27 août lors d’une conférence de presse : « le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces fermés où se situent plusieurs personnes, qu’il s’agisse d’un train, d’une salle de réunion, d’un musée ou d’un supermarché. Ces règles […] s’appliquent désormais dans les entreprises et dans les lieux professionnels, salles de réunion, open space, couloirs et dans les bureau, sauf évidemment si on y est seul ». Toutefois, des dérogations et adaptations sont autorisées. Par exemple, dans un bureau partagé ou un open space, un salarié peut temporairement retirer son masque sous certaines conditions et notamment en fonction du niveau de circulation du virus dans le département. D’autres exceptions devraient bientôt venir s’y ajouter, à la suite du dialogue établi entre le gouvernement et les partenaires sociaux, impliqués dans les décisions relatives au nouveau protocole national qui se substitue au protocole national de déconfinement.

Une étude* réalisée par la plateforme de recrutement d’intérimaires Qapa révèle que les Français sont très partagés sur la question du port du masque en entreprise. 25 % sont prêts à en porter un lorsqu’ils sont sur leur lieu de travail même si ce n’est pas obligatoire et 37 % sont près à adopter ce comportement si c’est obligatoire. En revanche, 12 % ne s’y plieraient pas si ce n’était pas obligatoire et 26 % refusent d’en porter un, même si la loi l’impose. Des réponses qui corroborent le fait que 56 % craignent de reprendre le travail avec un risque de contamination qui reprend, attestant que le risque du coronavirus est toujours bien présent dans les esprits.

Autrement dit, 62 % sont disposés à respecter ce nouveau comportement, qu’ils le fassent par obligation ou volontairement. En moyenne, les employeurs devraient donc avoir maille à partir avec environ un tiers de leurs collaborateurs qui ne seraient pas prêts à s’y plier.
Une proportion de 58 % des salariés considèrent que l’obligation du port du maque n’est pas envisageable sur le lieu de travail. Pour ce qui est de la distanciation sociale consistant à conserver plus d’un mètre entre les personnes, les deux-tiers des salariés jugent ce comportement impossible à respecter en entreprise. Toujours selon cette enquête, au moins 61 % des entreprises ont mis en place un protocole sanitaire pour le retour des congés et une proportion minimale de 11 % ne s’y serait pas astreint.

Geneviève Allaire

* Sondage réalisé entre le 17 et 21 août 2020 auprès de 4,5 millions de candidats sur la plateforme QAPA. Analyse réalisée par quotas. Parmi ces personnes interrogées, 52 % d’entre eux sont des non-cadres et 48 % sont des cadres.