Codes courtage

Le webzine de PLANETE CSCA

Accueil > Webzine > Les métiers du courtage > Affaires sociales > Le développement du télétravail fait la part belle à la cyberassurance

23 octobre 2020

Le développement du télétravail fait la part belle à la cyberassurance

Si les courtiers cherchent à capitaliser sur la demande croissante en cyberassurance, il se pourrait bien que le recours massif au télétravail, devenu un mode d’exercice incontournable avec la crise du Covid-19, favorise le déploiement de cette ligne de produits.

Selon une enquête de la société de conseil Global Data, 46,2 %  des polices de cyberassurance ont été distribuées par des courtiers en 2019 dans les PME au Royaume-Uni, ce qui atteste de leur rôle de premier plan dans la diffusion de ces produits.

Depuis, le confinement vécu par bon nombre de pays puis les suites de la crise du covid-19 ont contraint une proportion très élevée de salariés à exercer en télétravail pour maintenir leur activité, avec pour corollaire un accroissement des cyber-risques  et des cybermenaces pour les organisations (hameçonnage, ransongiciels, vols de données, faux ordres de virement,…).

Parallèlement, les collaborateurs se sont accoutumés au télétravail à tel  point que seulement 34 % prévoient de retourner au bureau à plein temps lorsque les risques de contamination auront disparu, maintenant un besoin accru en couverture des cyber-risques. Selon Yasha Kuruvilla, analyste en assurance chez GlobalData, « Les attentes des employés en matière d’organisation du travail ont changé, ce qui signifie que le travail à distance est là pour rester. C’est une opportunité dont les experts en cyberassurance peuvent tirer profit ». A cette fin, les entreprises auront besoin des conseils de tiers pour souscrire une cyberassurance du fait de la complexité des risques.

Les courtiers pourraient tirer leur épingle du jeu de cette situation : « Les courtiers qui acquièrent une expertise dans ce domaine auront un avantage sur leurs concurrents. Toutefois, de nombreux courtiers ont été lents à s’adapter aux technologies numériques, ce qui les gênera dans un monde de plus en plus virtuel », anticipe Yasha Kuruvilla.

Il s’avère que les sinistres liés aux cyber risques sont de plus en plus onéreux. Selon l’assureur spécialiste Hiscox, les cyberattaques ont coûté 1,6 Mrd € aux entreprises en 2019, le coût médian d’une cyberattaque  étant passé de 9 000 € à 52 100 € en seulement un an.  Si elles touchent désormais tous les secteurs d’activité, des disparités existent selon la taille ou l’activité de l’entreprise.

Frédéric Rousseau, Responsable du Marché Cyber chez Hiscox Assurance France, considère qu’ «  Il est inquiétant de constater que 11 % de l’ensemble des entreprises interrogées déclare ne pas savoir combien de fois elles ont été visées par une cyberattaque. S’il semble que les petites entreprises sont moins victimes d’attaques (63 % n’ont pas subi d’incidents en 2019), en réalité 49 % d’entre elles n’ont pas de postes définis pour la cybersécurité et naviguent à vue ».

Geneviève Allaire