Codes courtage

Le webzine de PLANETE CSCA

Accueil > Webzine > A la une > IARDT / Grands risques > Faire prendre conscience de la vulnérabilité des personnes et du risque encouru sur la route

30 avril 2021

Faire prendre conscience de la vulnérabilité des personnes et du risque encouru sur la route

Laurent SANTUCCI est responsable pédagogique chez SECURIDER, filiale prévention 2-roues de la Mutuelle des Motards. Les dangers de la route sont l’affaire de tous, usagers, employeurs et bien sûr courtiers et assureurs. Pour les limiter, la Mutuelle des Motards parie sur la pédagogie et la formation.

SECURIDER a mis en place une formation « Partage de la route », à qui s’adresse-t-elle ?

SECURIDER est né d’un besoin de formation aux risques routiers spécifiques aux utilisateurs de 2-roues. En 2015, l’Etat avait lancé un appel aux entreprises pour leur rappeler que le risque routier demeurait la première cause de mortalité en matière d’accidents de travail. 400 entreprises avaient signé une charte s’engageant notamment à former leurs salariés à la prévention des risques routiers. Aujourd’hui, on dénombre plus de 1 500 entreprises engagées. Mais si des formations étaient immédiatement disponibles pour des utilisateurs de 4-roues, l’offre pour les autres types de véhicules était quasi-inexistante.

Nos assurés, connaissant notre passé de 37 ans comme assureurs de 2-roues et exclusivement de 2-roues, se sont tournés vers nous pour trouver des solutions spécifiques. La Mutuelle des Motards a pu mener dans un premier temps des actions de sensibilisation, puis s’est dotée d’une filiale à 100% captive, SECURIDER, un organisme de formation qui a vu le jour en février 2019.

Nous proposons aujourd’hui un catalogue complet de formations aux entreprises et aux collectivités dont les collaborateurs effectuent des déplacements professionnels à 2-roues, mais aussi à ceux qui viennent au travail en 2-roues motorisé ou non motorisé (motos, cyclomoteurs, vélos musculaires ou à assistance électrique, trottinettes). Nous sommes 4 salariés à plein temps, mis à disposition par La Mutuelle des Motards, et nous nous appuyons sur des moto-écoles sélectionnées pour la logistique et/ou le recours à leurs formateurs.

Au départ, nous avons créé le module de formation « Partage de la route » pour répondre à une préoccupation particulière de la CARSAT Languedoc Roussillon qui constate un taux élevé d’accidents du travail sur la route pour les livreurs à 2-roues, qu’ils soient indépendants, employés par des entreprises de la région ou des filiales de services publics.

Avec l’expérience, nous voyons bien que cette formation s’adresse à tous les usagers de la route et elle est même plus riche dès que nous mixons les populations, car aujourd’hui le développement de la multimodalité fait que nous sommes tous amenés à découvrir de nouveaux usagers que nous connaissons moins.

 

Quels sont les enseignements qu’elle comporte ? Comment en mesurez-vous l’efficacité ? Combien d’apprenants l’ont-ils suivie ?

L’objectif est de faire prendre conscience de la vulnérabilité des usagers et du risque encouru sur la route.

Cette formation est basée sur la GDE… une méthode expérimentale et originale… composée de 5 niveaux (nous partons du niveau 1 « maîtrise de son véhicule » pour aller au niveau 5 « la maîtrise de soi »).

Pourquoi ?

Au cours des trente dernières années le parti pris a été de dire qu’une prévention réussie devait passer par la maîtrise du véhicule. Aujourd’hui on se rend compte que les principaux dangers sur la route sont causés par des problématiques liées au comportement (vitesse inadaptée, consommation d’alcool ou de stupéfiants, présence à bord des véhicules de distracteurs tels que les téléphones ou les écrans…).

Mais surtout, les usagers, quel soit leur mode de déplacement, ne sont pas ouverts aux autres manières de faire d’autrui. Quel automobiliste n’a pas pesté contre un cycliste qui occupe le centre de la chaussée ? Ce même automobiliste lorsqu’il se déplace à vélo ne comprend pas qu’un automobiliste klaxonne pour qu’il se serre à droite et le laisse passer, au risque d’heurter une portière qui s’ouvre.

Chacun vit dans son monde et cette formation permet de comprendre que chaque usager a son propre mode de fonctionnement, qui se défend de son point de vue. Combien de fois en formation nous entendons : « Ah mais je ne l’avais pas vu comme ça ! ». Ce n’est pas facile de prime abord de se placer dans la position d’un autre usager. Pour circuler en toute sérénité, il faut apprendre à « sortir de sa bulle », à regarder l’autre avec un autre œil, essayer de se mettre à sa place. C’est pourquoi notre module n’est pas construit sur des modalités d’informations descendantes, mais sur des ateliers qui permettent aux apprenants d’élaborer eux-mêmes les solutions et les verbaliser. Nos formateurs jouent un rôle de facilitateurs, tout en forçant les stagiaires à se mettre à la place de l’utilisateur qu’il croise sur la route.

Nous avons lancé un module test en août 2020, et formé une cinquantaine de personnes en mars 2021 en partenariat avec la CARSAT : des livreurs, mais aussi des médecins du travail, des salariés de grandes enseignes ou des cadres de la Métropole de Montpellier.

Lors des formations, la prise de conscience est indéniable : les stagiaires en témoignent, et nous obtenons de bons résultats. Pour mesurer l’efficacité de cette formation, nous avons mis en place deux évaluations : une en amont de la formation et une à la fin de la session, via un questionnaire. Nous établissons un score avant/après, et chaque stagiaire peut ainsi mesurer sa progression, ce qui est valorisant. Cela nous permet aussi de valider ce que nous leur avons fait faire.

A ce jour, nous manquons encore d’un peu de recul mais espérons que cette prise de conscience à l’issue de la formation ait de réelles répercussions sur la baisse des accidents de la route dans le cadre du travail.

 

Vous venez de recevoir la certification Qualiopi de l’AFNOR, quels ont été les points déterminants pour l’obtenir ?

Lors du premier confinement en mars 2020, nous avons saisi l’opportunité de nous consacrer à ce sujet de certification, qui deviendra obligatoire en 2022. Nous ne pouvions ni réaliser les formations, ni rencontrer nos clients pour les commercialiser. Notre chantier a duré un an, et nous avons obtenu notre certification en mars 2021.

Notre organisme de formation est encore jeune et l’obtention de cette certification est un gage de qualité pour les entreprises qui ne nous connaissent pas.

Cette certification démontre de la conformité aux exigences de qualité et renforce aussi notre reconnaissance par les organismes financeurs.

De ce fait, l’obtention de cette certification permet à nos stagiaires de prétendre à un financement via l’OPCO ou le CPF.

Enfin, cette méthodologie très rigoureuse est vertueuse pour nous aussi. Elle nécessite de respecter de très nombreux critères et indicateurs, ce qui a nécessité de faire évoluer nos processus. Maintenant que ce cadre est en place, toutes nos formations seront formatées selon ces exigences.

 

Quels sont vos projets pour continuer à enrichir ou à déployer vos actions de prévention ?

Concernant le module « Partage de la route », nous allons le dupliquer auprès de la CARSAT PACA, et nous travaillons à la création d’un Observatoire avec la CASCAT Languedoc-Roussillon pour vérifier si les actions de formations se ressentent dans leurs statistiques pour les coursiers en 2-roues.

Nous sommes convaincus que la prévention ne peut pas se résumer à une formation de quelques heures. Il faut sans cesse revenir sur le sujet, faire des piqûres de rappel sur des points bien précis et l’intégrer dans un continuum éducatif.

Nous développons actuellement des modules de formation en e-learning qui pourront être réalisés après la formation au rythme de chaque stagiaire et adapté à l’activité de chaque entreprise.

Nos formations en présentiel sont également personnalisables pour répondre aux spécificités de l’organisme qui les met en place : elles comportent en général un tronc commun, puis nous nous adaptons au cahier des charges de l’entreprise en fonction des objectifs qu’elle cherche à atteindre.

Nous envisageons aussi de proposer des challenges « Prévention du risque routier » intra ou inter-entreprises afin de dynamiser la prévention au sein des équipes. Nous disposons d’une piste pédagogique transportable sur site, qui nous permet de rendre les démonstrations concrètes. Apporter un vélo musculaire et le même modèle avec assistance électrique permet de démontrer à quel point l’inertie nécessite d’anticiper, notamment dans les phases de freinage. Ces challenges seront l’occasion de récompenser les meilleurs apprenants avec un goodie Sécurité, un casque ou un équipement par exemple.

Le Courtier Du Motard propose des solutions de courtage spécialisées 2 et 3-roues, à travers la distribution d’offres « prévention comprise » de la Mutuelle des Motards.
Être partenaire du Courtier Du Motard, c’est l’assurance de bénéficier d’un réseau d’experts pour vos clients :
• Garantissant une indemnisation au plus juste ;
• Spécialiste deux-roues ;
• Proche des problématiques de vos clients et de leurs problématiques en tant qu’utilisateur de 2-3 roues motorisé.
Plus d’info sur lecourtierdumotard.fr

Propos recueillis par Céline MESLIER

publicité