Codes courtage

Le webzine de PLANETE CSCA

Accueil > Webzine > Les métiers du courtage > Grands risques > Catastrophes naturelles : 209 Mrds € de pertes économiques en 2019

12 février 2020

Catastrophes naturelles : 209 Mrds € de pertes économiques en 2019

Selon un rapport* du courtier Aon, 2019 a été le théâtre de 409 catastrophes naturelles dont les pertes économiques se sont chiffrées à 209,2 Mrds € (232 Mrds USD). Un montant inférieur de 20 % à la moyenne de la décennie 2000-2010.

En 2019, on dénombre plus de 10 000 victimes suite à une catastrophe naturelle. La plus meurtrière tient à des inondations  qui se sont prolongées après la mousson en Inde, où pas moins de 1 750 personnes ont trouvé la mort, selon le rapport d’Aon.

Le rapport indique que 30,62 % des pertes économiques ont été couverts par l’assurance privée et les programmes d’assurance étatiques, c’est-à-dire 71 Mrds USD (64 Mrds €). Sur l’ensemble des pertes assurées, 51 % ont été enregistrés aux Etats-Unis. Parce que des événements parmi les coûteux se sont produits dans des régions du globe où la pénétration de l’assurance est généralement plus faible, l’écart de protection – correspondant à la partie des pertes économiques non couverte par l’assurance – était plus élevé qu’en 2018, se situant à 62 %.

A l’exception d’un montant de 265 M USD, l’ensemble des pertes assurées relèvent d’événements météorologiques. Les deux événements assurés les plus coûteux se sont produits au Japon. Il s’agit des typhons Faxai et Hagibis, survenus respectivement en septembre et octobre, dans des zones densément peuplés, alors que l’industrie de la réassurance avait déjà fait face au typhon Jebi au pays du soleil levant en 2018. Les pertes assurées dues à Faxai et Hagibis sont provisoirement estimées à 15 Mrds USD. Aux Etats-Unis, le coût économique total combiné des inondations non liés à des cyclones tropicaux est évalué à près de 24 Mrds USD.

L’an passé, les tremblements de terre n’ont pas été un facteur de perte prédominant, l’événement le plus coûteux de ce type s’étant produit en Albanie en novembre. Il y a eu aussi l’ouragan Dorian  qui a frappé les Bahamas en septembre, avec une intensité comme on ne l’avait vécue depuis 1935, les vents ayant atteint 295 km/heure, toujours selon ce rapport.

Après avoir été à l’origine de pertes assurées exceptionnelles en 2017 et 2018, la facture des incendies de forêt a de nouveau été élevée en 2019, même si elle l’est moins que les deux années précédentes.  Les pertes assurées de deux incendies notables intervenus en Californie sont évaluées à 900 M USD, auxquelles s’ajoutent celles des incendies d’Australie qui ont duré de novembre 2019 à janvier 2020.

Les 22 et 23 novembre et les 1er et 2 décembre, la France a connu deux épisodes méditerranéens notables, responsables d’inondations. Le coût de ces événements devrait s’élever à plusieurs centaines de millions d’euros pour les assureurs.

Comme conclusion, le rapport d’Aon note qu’en 2019, «  bien qu’il n’y ait pas eu d’événement singulier majeur, plusieurs événements importants, si on les agrège, auront un coût notable pour les gouvernements locaux et l’industrie de la réassurance. […] Une forte capitalisation a permis au secteur de la réassurance de gérer sans difficulté les pertes majeures intervenues récemment ».

Geneviève Allaire

*Rapport intitulé « Weather, Climate & Catastrophe Insight – 2019 Annual Report », publié par Aon le 3 février et réalisé à partir d’estimations provisoires.